Le coin du cinéphage

Blog (enfin ce qu'il en reste...) d'humeurs et d'informations sur le cinéma et la télévision : bios, filmos, articles, commentaires, bases de liens, bref c'est du foutraque...

22 juin 2010

LES SECONDS RÔLES DU CINÉMA FRANÇAIS GRANDEUR ET DÉCADENCE

Pour lire le texte, cliquez ici.


Commentaires

  • Bonjour,
    Excellent papier,et l'envie d'aller plus loin avec ce livre bienvenu...
    Un cinéma français moribond et uniforme et, par ailleurs,cette logique marchande ne porte m^me pas ses "fruits".
    Immense gachis,le mot est le bon.
    La télévision devient alors une issue,limitée par le traitement des sujets,mais ou une "REINE MORTE" de Montherlant peut etre mis en place;ou Anouk Grinberg aux cotés de Jean Yanne et Jean paul Roussillon portent de magnifiques personnages.Ou les MAIGRET,habités par Bruno Cremer permettent une foule de seconds roles sublimes,profond et vivants,loin de passent-plats et de carton-pate(Entre autres:Jeanne Marine,Marina Golovine,Georges Staquet,Philippe Dormoy,Gérard Darier,Patrick Floersheim,Vincent Grass,Albert Delpy...).Nostalgie?M^me pas,mais oui le sentiment amer d'un gachis.Un Aurélien Recoing,Nade Dieu,...Vivent peu d'un cinéma peu curieux,peu enthousiaste à découvrir des voix,des visages,des incarnations au théatre.Des scénarios réécrits 5,6 fois,polissés et creux pour aboutir à des idées,des promesses dans le meilleur des cas mais un cinéma fade.Une mauvaise passe,provisoire...Merci pour ce coin du cinéphage,tant pis pour les hommages(Dont Martine Sarcey)pour des raisons fort bien expliquées...

    Posté par Julien, 25 juin 2010 à 18:14
  • Un livre de salubrité publique

    Merci Julien. Le livre de Serge Regourd devrait être le début d'une réflexion sur notre cinéma français. Il explique effectivement que la télévision et le théâtre proposent heureusement de beaux rôles à des grands comédiens. La télévision offre toujours de beaux rôles, c'est presque une tradition, voir les génériques très complets des "Cinq dernières minutes" aux Maigret avec Jean Richard ou avec Bruno Cremer, créditant l'intégralité des comédiens, quand il y avait un grand nombre de non crédités aux génériques des films. Heureusement les fictions actuelles "La commune", "La commanderie", "Un village français", les oeuvres d'Yves Boisset ou Laurent Heynemann démontrent la richesse dans le vivier de nos acteurs.

    Pour les hommages, je ne m'interdis pas de reprendre après une petite pause, mais pas la rubrique R.I.P, les "suceurs de roues" et autres cinécopistes s'attaquent aux archives - Solveig Dommartin ou Henri Attal - avec des morceaux entiers de phrases cinéphagiennes dedans. C'est désolant de voir qu'ils continuent de piller le travail des autres, à l’exemple de Martine Sarcey, d'Yvan Foucart au "blog sur le doublage", easy working !

    En attendant vous pouvez retrouver un travail autrement plus sérieux sur http://www.aide-memoire.org/index%20bis.htm sur Martine Sarcey et Ginette Garcin, par Armel de Lorme qui avait réalisé un documentaire sur Nathalie Nattier qui vient de disparaître disponible ici : http://www.dailymotion.com/video/x8zqk7_nathalie-nattier-les-portes-de-la-n_shortfilms

    Posté par Coinducinéphage, 27 juin 2010 à 22:44
  • MUCHISIMAS GRACIAS

    Merci pour le coup de pub, Christian, j'espère que tu vas bien. J'ai parlé à mon imprimeur cet après-midi, je te confirme que le Volume 2 de l'Encyclopédie des Longs Métrages 1929-1979 sera disponible à partir du 22 juillet, et le 2ème opus de l'Encyclopédie des Comédiens à partir d'octobre. A très vite.

    Armel.

    Posté par armel de lorme, 28 juin 2010 à 21:17
  • Antoine Mayor

    Quel dommage que ce très circonstancié et passionnant ô combien essai ait "annoncé" dans le court mais formidable passage consacré aux Mockyens le suicide (non démontré) d'un comédien du "premier cercle de famille" mort de sa belle mort à preuve du contraire, en l'occurrence Antoine Mayor. ["Jusqu'à sa mort (son suicide) après le tournage d'Alliance cherche doigt", p. 121].

    L'erreur puisqu'errer il semble y avoir semble provenir de la relecture trop hâtive d'un passage du texte, publié par moi fin 2005 dans le premier volume de L'@ide-Mémoire, consacré à cet acteur par Christophe Bier, et dans lequel il était exactement dit à propos de Mayor :

    (...) Une voiture de production l’emporte vers son hôtel de Buci. Un an plus tard, nous l’appelâmes en vain pour Robin des Mers. Il était mort. Comme Jacques Fortunas, cet ingénieur fou qui sautait du haut des immeubles en parachute, suicidé sous une rame de métro quelques temps après sa prestation dans Bonsoir (1992). Comme Jean-Claude Rémoleux, incontournable figure emblématique, disparu en 1985 et que Mocky adorait. Ces seconds rôles-là constituent l’une des forces les plus fragiles du réalisateur. Acteurs insaisissables, sans agents artistiques pour les représenter, coupés des circuits traditionnels, ils partent sans laisser d’adresse, meurent sans prévenir, désertent la comédie humaine du cinéaste avec la même désinvolture que celle avec laquelle ils y étaient entrés. CB.

    Le très sérieux et très scrupuleux Serge Regourd n'ayant, à ma connaissance, pas jugé bon de citer certaines de ses sources, il est vrai pas forcément très bien interprétées sur ce coup-là, tu me permettras, je l'espère, cher Christian, de le faire rétroactivement à sa place, en premier lieu en tant qu'éditeur de l'ouvrage ayant un peu à son corps défendant généré le malentendu (ou l'extrapolation, c'est selon) entre Mayor et Fortunas, en second lieu afin de rendre - en le citant dans le texte - à Christophe Bier ce qui me paraît lui appartenir de plein droit.

    Je tiens à préciser qu'à ma connaissance, aucune autre source écrite fiable ne semble faire état (et pour cause) du suicide présumé de ce comédien unique en son genre et infiniment attachant.

    Pour le reste, le débat est comme on dit ouvert.

    Amitiés.

    Armel De Lorme.

    Posté par Armel De Lorme, 27 juillet 2010 à 09:57
  • DOUBLAGES ANCIENS

    Aucun travail de doublage avant les années 60 n'ayant été répertorié,un cinéphage peut-il me donner une piste ou m'aider à finaliser mon prochain ouvrage - en contrepartie de l'envoi du dit-ouvrage ou d'une citation:
    Dans quel(s) film(s)Louis de Funès a t-il doublé Alberto Sordi?
    Je le sais pour Toto, Elisha Cook J. et une dizaine d'autres!!!
    Jean-Jacques Jelot-Blanc

    Posté par Jelot-Blanc, 22 août 2010 à 10:27
  • Mea culpa

    Je tombe sur le texte d'Armel De Lorme concernant Antoine Mayor. Je pense, en effet,que l'information relative au suicide provient initialement, de l'article, mal interprété, de Christophe Bier, lu voici quelques années et qui a vraisemblablement été mal interprété par d'autres personnes.Je me souviens de conversations me confirmant l'info du suicide...Je me réjouis donc de ne pas avoir attribué cette référence à l'ouvrage d'Armel dés lors qu'elle aurait été erronée.Pour le reste, j'ai dû renoncer à inclure une bibliographie qui aurait cité nombre d'ouvrages dont celui-ci pour des raisons de dépassement du volume prévu. J'attends avec intérêt le Tome 2 de l'encyclopédie des comédiens. Cordialement.

    Posté par Serge Regourd, 31 août 2010 à 19:21
  • Bernard Musson

    Bernard Musson, grand second-rôle du cinéma français pendant 50 ans, s'est éteint, le 29 octobre 2010. Il était l'un de nos grands excentriques. Sa composition dans "La vache et le prisonnier" ("Une femme im-pecabble!") est dans toutes les mémoires...Il y est l'acteur de très grand talent que nous aimons. L'homme ne lui cédait en rien. Merci,Bernard.

    Posté par COLSON, 08 novembre 2010 à 14:51

Poster un commentaire